Des conseils pour augmenter son pouvoir d’achat

Les impôts constituent une part non-négligeable des charges d’un individu. Il est possible de les réduire tout en se créant une source de revenus, notamment avec un investissement immobilier à usage locatif. Différentes lois permettent ainsi de disposer de plus de revenu tout en payant moins d’impôts.

Augmenter son pouvoir d’achat en investissant dans l’immobilier ancien

Il existe plusieurs lois permettant de réduire ses impôts selon le type d’investissement immobilier choisi. La première est la loi Malraux. Elle permet de bénéficier d’une réduction d’impôts lors de l’acquisition d’un bien immobilier ancien localisé dans les secteurs sauvegardés ou dans les zones de protection du patrimoine architectural urbain et paysager français (ZPPAUP). Le bien devra cependant être acquis dans l’objectif d’en faire la restauration. En effet, une économie d’impôt allant de 22% à 30% du montant total des travaux pourra être réalisée. Le bien devra ensuite être mis en location non meublée pour une durée minimale de 9 années. La loi Censi-Bouvard concerne un autre type d’investissement immobilier à usage locatif : les EHPAD. Ces établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes permettent, grâce à ce dispositif, de récupérer la TVA payée lors de son acquisition, mais de réduire de ses impôts un montant équivalent à 11% du prix du bien.

Des conseils pour augmenter son pouvoir d'achat

Consultez ceci pour bénéficier de plus de détails.

Payez moins d’impôts grâce à la loi Pinel

Le choix de la localisation d’un bien immobilier est important. En effet, certaines zones bénéficient de lois permettant de profiter d’avantages fiscaux qui leur sont spécifiques. La loi Pinel en est un exemple. Cette loi concerne les biens immobiliers neufs ou acquis en l’état futur d’achèvement se trouvant dans les zones comme Paris et sa banlieue ou les grandes agglomérations avec plus de 250 000 habitants. Le dispositif Pinel permet de réduire de ses impôts une somme équivalente à 12, 18 ou 21% du prix de l’investissement, pour des durées de mise en location respectives de 6, 9 ou 12 ans.